Mission Educative à Toamasina (Madagascar)


15/12 : dernier article avant la fin de mission
décembre 19, 2010, 4:20
Filed under: Uncategorized

Ce matin j’ai acheté l’imprimante scanner photocopieur. Mes collègues du lycée sont aux anges.
J’ai la facture pour la comptabilité AEDEV et eux en ont une aussi pour la garantie (3 mois)
J’ai négocié quelques cartouches d’encre comme cadeau.

La médiathèque est presque au point – Il y a eu une réunion de tous les acteurs organisée par Madame la Proviseure lundi Matin où elle a mis les points sur les « i »;  j’ai osé posé des questions aussi diplomatiquement que possible aux uns et aux autres à propos des différents problèmes rencontrés sur la mise en place qui a duré tout le long de mon séjour (« un peu trop longtemps » pour citer Madame la Proviseur) et puis la conclusion est qu’il faut absolument que la responsable soit plus responsable et proactive, communique avec les informaticiens et eux entre eux et puis une réunion mensuelle est prévue pour le suivi et la résolution de problèmes de calendrier .

Ayant invité quelques professeurs à venir expérimenter la médiathèque, nous avons eu quelques visites, pas assez encore mais espérons que la bonne nouvelle va être répandue- il y a un affichage dans la salle des profs les invitant à s’y rendre mais ce n’est pas encore la foule!!  Par contre je suis contente d’avoir trouver  la solution pour le professeur de philo qui était parmi les premiers à venir nous voir – je pensais ne rien lui avoir à proposer sauf des textes de littérature et pièces de théâtre dans les logiciels français pour 5ème et 6 ème pas vraiment appropriés.  Mais aujourd’hui en consultant l’Encyclopaédie Universalis, avec les mots cles « Descartes » Hegel », « Spinoza » j’ai trouvé non seulement leur biographie mais aussi des textes témoins de leurs idées philosophiques. Il était très content.

Un peu moins d’enseignement devant les élèves ces deux derniers semaines car il semblait impératif que je motive l’équipe médiathèque à fignoler le projet et les faire prendre conscience de sa valeur aussi bien « pédagogique »  que « financière ».  Denis m’ conseillé de souligner ces points.

Sinon, l’environnement suscite toujours un peu de pathos….en quittant la maison ce matin, j’ai laissé la petite employée de maison devant ses casseroles sur le charbon de bois, du linge à gogo à laver à la main – elle faisait aussi de la confiture de lychée, et avec toutes les autres taches sans fin qu’elle a à accomplir de 5.30 du matin jusqu’à  une heure tardive  le soir.

Sur le chemin sableux et poussiéreux, il y a eu peu de pluie depuis mon arrivée mi octobre ce qui n’est pas habituel, ordinairement il pleut des torrents à partir de la mi novembre -alors beaucoup  de poussière – on ne met pas ses plus belles chaussures.  Mes rencontres étaient entre autres une fille d’environ 13 ans suivies de deux petits garçons un peu plus jeunes, qui portaient des sceaux d’eau sur leur  tète; ils venaient surement du point d’eau potable installé par un ONG dans le quartier.  Ne devait- il pas être à l’école car l’école est censée être obligatoire jusqu’à 14 ans et le travail à partir de 18 ans!!

Ensuite je longe des cases en bamboo et ravenale devant lesquels des filles se tressent les cheveux les une les autres; des femmes fabriquent des paniers en vannerie;  je croise des multitudes de pousse-pousses (genre rickshaw) soit tirés par des vélo  soit par des hommes , tous plus au moins habillés en haillons et souvent nu pieds – on me dit qu’ils viennent pour la plupart du sud où la famine sévit depuis plusieurs années , louent les pousse-pousses des « concessionnaires de pousse » à la journée et essaient de faire un petit « profit » (peu parait il);

Arrivée sur la route principale, parsemée de nids de poules, je croise des 4 x 4 venant des « beaux quartiers » des villas immenses sur les bords de mer (mais qui risquent d’être balayés  en cas de cyclone me dit on) allant vers le centre ville où il y a quand même une activité industrielle (le port) et commerciale – les occupants étant souvent soient vazaha, hommes d’affaires malgache-chinois ou malgache indien très impliqués dans l’import, activité très lucratif car Mada fabrique peu de choses et export aussi lucratif sur le plan « agricole » car achat bon marché des paysans de la marchandise (vanille, clou de girofles, lychéés, cannelle, poivre).  D’ailleurs en passant par des entrepôts qui la semaine dernière étaient dédiés aux lychéés, je renifle ces jours ci l’odeur du clou de girofle – la toute dernière récolte j’imagine.

Mais il y a aussi l’environnement empathique – tous ces gens autour de moi qui me prodiguent d’affection, de sourires de bienveillance. Cela va me manquer.  Et les profs qui cette semaine car les conseils de classe se terminent, m’invitent prendre un verre (de jus tropicale bien sur! et ce n’est pas du rhum mais mangue, corossol, fruit de la passion .Excellent)

Je vais surement avoir quelques serrements de cœur quand je vais partir samedi (18/12).

Puis escale à la Réunion pour 4 jours, chez une famille que j’ai rencontrée  dans l’avion à l’aller.

En attendant de vous revoir en 2011.
Merci du  soutien de tous les donateurs que je porte à la connaissance de tous les acteurs ici (professeurs, élèves, recteur….etc.)

Publicités


Point au 7/12
décembre 19, 2010, 2:57
Filed under: Uncategorized

Tout va bien  malgré le mode de vie. La mentalité malgache est complexe et il me faut encore du temps pour la percer.
Mais je tiens bon, j’ai de la résilience ancrée quelque part en moi probablement depuis mon enfance.
J’ai eu aujourd’hui un pro forma invoice de la nouvelle responsable de la médiathèque pour l’achat d’un combiné semi pro : scanner, imprimante, photocopieuse pour un montant de 150.000 ariary (soit environ 54 euros)

Si  Denis est d’accord je pourrais retirer l’argent avec ma carte bleue et acheter le matériel  et m’assurer qu’il soit  installé dans la médiathèque.  Je vais étudier  avec l’équipe d’animation de la médiathèque   un mode de fonctionnement. Il faut voir le projet dans son ensemble. Tous les jours il y a un problème supplémentaire qui se pose concernant le fonctionnement de la médiathèque – par exemple aujourd’hui des élèves ont supprimé un raccourci sur l’écran (probablement malencontreusement car eux aussi ne savent pas pour la plupart bien manipuler les ordis)…Enfin à partir de ce matin, je travaille avec le jeune homme  embauché jusqu’à son retour à l’université fin janvier….nous faisons le point sur les logiciels installés sur les 6 ordis installés dans la médiathèque (le 7ème en panne mais en réfection!) – Le travail est fait mais  Il faudra sans doute pas davantage de rigueur – Nous  devons  travailler  d’une manière plus ordonnée. La liste de logiciels classée par matière doit correspondre exactement à  ce qui apparait dans le dossier Médiathèque de chaque ordinateur, etc…

.Je vais y arriver je crois et avant mon départ, j’espère que plusieurs choses vont au moins être faites :
– à partir de demain les professeurs seront invités à  venir visiter la médiathèque
– les élèves sont déjà en train de s’inscrire pour 2.000 ariary par an  (0,71 euros) et reçoivent une carte de membre plastifiée.

– J’aide avec le jeune étudiant les utilisateurs à choisir un logiciel et à y naviguer
aussi. Les instructions et les protocoles  sont écrites.

Les ordinateurs sont en route pour Mada.  La répartition est la suivante :
-deux ordis pour l’Alliance Française
-deux ordis pour David Jones
-deux ordis pour une nouvelle école qui a accepté en échange de scolariser  gratuitement deux ou trois élèves pendant 2 ans.

-14 pour le lycée.  Tous les bénéficiaires ont déjà reçu les Cd Rom/DVD  éducatifs
et ils sont tous prévenus qu’ils recevront un lot d’ordinateurs.

Aujourd’hui je vais à nouveau envoyer un mail à une association partenaire d’Aedev pour leur demander de me rencontrer pour leur donner les logiciels.j’espère qu’ils vont réagir.
Je tiens le coup – pas trop de stress – je le gère ; et puis je dors la nuit la plupart du temps bien malgré le problème d’insécurité – Nous avons maintenant un gardien tous les soirs. Il dort dans la maison et comme Il n’y a pas de porte entre les deux pièces cuisine on peut dire que nous dormons tous dans le même espace !



Point au 26/11
décembre 8, 2010, 8:35
Filed under: Uncategorized

Aujourd’hui à l’école extraits de films projetés pour les 36 classes de seconde, proposés par une association de femmes Malgaches, destinés à faire prendre conscience aux jeunes, garçons et filles, de l’injustice, l’exploitation des filles – films sur le partage des taches ménagères, le choix d’études (souvent longues et scientifiques pour les garçons, courtes et plutôt littéraires pour les filles,  à l’heure actuelle) et à ma surprise, un petit film sur une histoire d’une mère qui encourageait sa fille mineure à fréquenter un vazaha bien « vieux », avec la représentation stéréotype d’une promesse d’une vie meilleure pour toute la famille – fin dramatique à prévoir, jeune fille avec un bébé et vazaha envolé….Les choses bougent !

J’œuvre beaucoup pour que le médiathèque se mette à mieux fonctionner – j’ai trouvé un jeune lycéen doué plus disponible que les informaticiens/professeurs – nous deux vérifions ensemble toutes les installations, avons découvert qu’il y a plus de mémoire vive disponible pour  permettre de rajouter des logiciels sur le disque dur, ce que nous avons fait  – mais,  en fait, j’ai appris après coup que des mémoires  ont été déjà rajoutées….mais encore une fois l’information n’a pas été communiquée. Mais espérons réunir tous le monde la semaine prochaine pour un point….

Pour préparer la réunion,
Je suis en train de faire une ébauche de règlement d’utilisation à l’intention des élèves,
d’un protocole d’exploitation avec  une liste de matériels installés à l’intention de tout le monde.
Je suis en train de faire venir les profs pour leur présenter le matériel.
Et puis j’ai une idée à soumettre au proviseur et à l’équipe – pourquoi ne pas repérer un petit groupe d’élèves (sérieux , compétents, motivés)  pour assister la responsable de la médiathèque (qui connait que dalle en informatique) pour participer à son fonctionnement ?



Point au 16/11 : gratuité totale ou pas ?
décembre 3, 2010, 8:43
Filed under: Uncategorized

Grande question comment pérenniser  la médiathèque ? Les  couts de fonctionnement ne sont pas  entièrement pris en charge par le lycée. Faut-il faire payer les utilisateurs ?

L’accès aux logiciels ne doit pas être payant. Il s’agit de dons.  Mais comme il faut trouver un minimum d’argent pour entretenir la médiathèque, une solution a été trouvée. il faut être membre pour y accéder – La cotisation pourrait être de 2.000 ariary (0,7 euros) par an qui donnerait libre accès aux PC et  aux logiciels (ceci pour couvrir frais d’électricité entretien…) . Pour l’accès à Internet, il faut payer séparément.  Madame la Proviseure après que je lui ai dit qu’il y avait des problèmes pour l’installation des logiciels sur tous les postes, malgré ce que l’on m’a dit au départ, a  demandé aux deux informaticiens de se rencontrer demain (jour férié) car habituellement ils ne se croisent pas, l’un étant du matin l’autre de l’après midi et les deux ont des compétences différentes.  J’ai prévu de les revoir lundi prochain pour faire le point….Les  affiches sont prêtes mais tout n’est pas prêt.  Aussi, j’ai demandé qu’on distingue bien les fonctions d’une part du centre de ressources (endroit pédagogique pour cours informatique et aussi initiation aux logiciels)  de la médiathèque. La médiathèque est un lieu d’auto apprentissage et de recherche d’informations.



Point au 12/11
décembre 3, 2010, 8:32
Filed under: Uncategorized

12/11

Pendant que j’écris, une jolie petite fille est en train de me caresser les cheveux en disant qu’ils sont beaux – cela doit être l’effet Barbie  » – c’est mon surnom j’ai appris – ne sais pas si je devais être contente ou pas!

Aujourd’hui, mon cours de 9 heures a été annulé -tous les élèves en habits de cérémonie, conviés à aller pour 10 heures sur l’avenue de indépendance  avec ses rangées de cocotiers géants jusqu’à la mer, pour accueillir le Président de la Transition en visite a Tamatave aujourd’hui.  Hier on nous a dit qu’ils devaient aller l’après midi – changement de programme inopinément ce matin…..
Le Proviseur adjoint a décidé que je devais être accompagnée la semaine prochaine pour aller et revenir de l’école…Mercredi  ce sont des élections et vaut mieux prévenir que guérir.

J’ai enfin retrouver la pèche après mes quelques jours de tourista, intoxication alimentaire, au pire peut être paludisme, ou quelque chose de cette nature….et suis  à nouveau prête à affronter la chaleur tropical doucement-  moramora comme on dit ici (je commence a baraguiner en Malagasy –  j’ai une petite satisfaction surtout car cela demande un petit travail de mémoire pour moi  ….)



Point au 31/10
novembre 11, 2010, 11:51
Filed under: Uncategorized

Petite anecdote au centre de ressources

Des élèves qui viennent régulièrement pour jouer aux jeux vidéos  (on dit que c’est une façon de les habituer à utiliser les ordinateurs) ont perdu le mot de passe des PC.  Drame, personne ne s’en rappelle.
Et puis tout d’un coup j’ai eu une révélation, je m’en suis souvenue un an après – et cela a marché!!!!.  J’ai bien fait de revenir !

Les classes

Les élèves  (classe de première) n’ont vraiment pas l’habitude de participer activement et l’effectif par classe (en moyenne 70) n’arrange pas les choses.  Peu d’opportunité pour les élèves de montrer leur créativité, de donner leur avis, voire même de poser des questions ;  Alors je les pousse à prendre la parole. Ma manière semble parfois les surprendre mais ils disent que c’est intéressant.  Je me rends compte qu’il y a beaucoup de « apprendre par coeur » ici dans toutes les matières.

Je vois cela aussi à travers les devoirs de la jeune fille à la maison que mon hôte et moi scolarisons cette année en seconde (21 ans, retour à l’école).  elle prend  beaucoup de notes soit en dictée ou elle copie le tableau – en outre tout est en français bien que le niveau de français des élèves pour beaucoup est très bas – beaucoup parle en alignant des mots sans tenir compte de la conjugaison par exemple.

Samedi à Lundi, séjour à Foulpoine, un superbe lagon  à 50 kilomètres au nord de Tamatave. On ira en taxi brousse et on  apportera tout, l’eau etc….mais cela sera surement chouette car l’année dernière lors de la sortie de profs  nous sommes passés par cette crique et c’est là où une  prof m’avait fait connaitre le milieu marin du lagon. Superbe.

La même personne est passée me voir dimanche dernier et nous nous sommes promenés le long de la plage pendant 3 heures jusqu’à la nuit et dans le ciel très étoilé à la pleine lune elle m’a fait voir la croix du sud….il n’y a pas de doute – je suis bien au chaud dans les pays australs !!

On parlait aussi des jeunes .On a abordé les problèmes des jeunes filles enceintes au lycée. Elles sont nombreuses. Elle m’a dit  pourtant  que la pilule contraceptive est facilement disponible et que l’on peut en trouver   pas cher dans de nombreuses boutiques sur les marché…Je l’ai interrogée si on était sûr que c’était la vrai molécule et non des contrefaçons, des fraudes, des placebos.   Elle était étonnée de ma question n’ayant jamais entendu parler de  trafic de médicaments surtout dans les pays pauvres.  Souvent,  je suis étonnée par le manque d’informations de mes interlocuteurs sur des sujets importants.

Rencontre avec l’Alliance Française de Tamatave

J’étais reçu par la responsable de la médiathèque et le responsable de la bibliothèque adulte. Le cadre est magnifique,  dans une  ancienne maison créole tout en bois située dans un fabuleux jardin tropical.
Nous avons travaillé sur leur projet visant la création d’une médiathèque. J’ai apporté quelques  suggestions
à savoir qu’ils invitent  les élèves des  écoles publiques  de la ville surtout celles des quartiers éloignés et les plus pauvres à venir visiter la future médiathèque,  les initier (gratuitement)  à l’utilisation des ordinateurs et à leurs possibilités dans le domaine éducatif.

En les interrogeant sur leurs moyens, ils disent que tout le budget en provenance des adhérents est absorbé par les salaires et l’entretien des lieux et qu’ils ne reçoivent pratiquement plus rien de l’Etat français ces dernières années. Voilà pourquoi ils font appel à des associations telles qu’AEDEV. Je leur ai dit qu’une participation aux frais de transport est nécessaire car l’association ne peut pas tout prendre en charge.
Je leur ai remis le cadeau d’Aedev un cdrom d’encyclopédie  et un cdrom dictionnaire. Ils en était ravis.

Nouvelles des ordinateurs

Excellente nouvelle, Denis m’a annoncé  qu’il a récupéré les  20 ordinateurs offerts par Informatique CDC .  Il a trouvé un nouveau transitaire qui va livrer les machines  à Tamatave et non à Tananarive comme ce fut le cas l’année dernière. Seul hic, aucune date de livraison n’a été avancée à ce jour. Denis a insisté auprès du transitaire pour que les PC arrivent avant mon départ de Tamatave. Mais il reste encore à trouver un bateau pour les transporter..



du 16/10 au 24/10/2010 Coucou me revoilà à Toamasina
novembre 4, 2010, 10:58
Filed under: Uncategorized

Je suis bien arrivée ! Le vol Air Austral a été sans encombre.
Accueil chaleureux de la proviseure, des professeurs d’anglais, du responsable du centre de ressources et d’autres enseignants. Leur présence a sans doute facilité
les formalités de douane. Il n’y a eu aucun problème avec  la  police d’immigration.
Tout le monde est très chaleureux, attentif.
J’étais invitée à une sortie au restaurant le soir de mon arrivée (malgré les longues heures de vol – j’ai trouvé l’énergie)  avec  les représentants du lycée et un comité de parents élèves.
j’ ai intérêt à bien travailler car de toute évidence je suis attendue !

J’ai remis au médecin, frère de la prof d’anglais qui me loge, tous les médicaments que j’ai apportés – en me remerciant, il a aussitôt rajouté qu’il les utiliserait pour les plus déshérités.

J’apprends que la médiathèque est prête à accueillir de nouveaux PCs . Je leur ai  remis les outils multimédias offerts par Aedev qui elle-même les a reçus du Kiosque Numérique de l’éducation.  Ils en étaient ravis.

Quelques mots sur mon installation

Mon hôte  a fait construire une pièce de plus à sa maison en planches de bois pour m’accueillir – elle n’est pas tout à fait finie – il faut rajouter une porte – en attendant un gardien vient tous les soirs dormir pour nous protéger!   J’ai retrouvé avec plaisir  la jeune fille qui travaille à la maison  de mon hôte. Elle est aux petits soins pour moi.  Elle a été admise au lycée cette année en classe de seconde, je lui avais offert les frais d’inscription (70.000 ariary, environ 25 euros). C’est peu pour nous européen mais rien de voir son acharnement aux études  le  justifie.

je m’adapte petit à petit aux conditions « locales » – la seule difficulté pour moi serait de gérer un certain isolement peut on dire intellectuel car les préoccupations ici sont très « locales » et terre à terre et c’est compréhensible.  Les gens  n’ont pas trop d’ouverture, peu d’informations accessibles à la grande majorité qui d’ailleurs n’a pas forcément le temps non plus de s’intéresser à autre chose que les préoccupations du quotidien. Heureusement qu’ avec mon poste de radio emmené de France j’ai déjà trouvé la station RFI.

Ce matin, j’ai décidé d’essayer de retrouver mon autonomie – J’ ai surmonté une certaine appréhension pour aller voir le monsieur qui l’an dernier m’a aidé à acquérir la possibilité de téléphoner avec le réseau local – il a fallu changer la puce , alors j’ai un nouveau numéro de téléphone LOCAL (fournisseur ORANGE)
Mon téléphone « français » semble toujours marché tout au moins pour les sms – j’ai pu en envoyer  à Denis et j’ai reçu sa réponse.

La ville
Premières impressions – une grande pauvreté visible dès la descente de l’aéroport, les rues bondées de gens qui portent, se déplacent à pieds ou en pousse/rickshaw  avec toutes sortes de choses – la débrouille de la survie;  les quelques artères principales toujours aussi défoncées, et les nuages de poussières dans l’air venant des dédales de ruelles qui quadrillent le reste de la ville. Les gouttes pour les yeux  sont indispensables…et aussitôt la nuit tombée une myriade de lampes à pétrole qui éclairent maisons (beaucoup en feuilles de ravanales (arbre du voyageur) et bamboo), étales etc..

Le Lycée
J’ai bien travaillé avec le nouvel informaticien et la nouvelle personne  en charge de la médiathèque et centre de ressources.
Aujourd’hui,l’informaticien a fait une commande de pièces d’une part pour réparer certains  PC et d’autre part pour acheter des hauts parleurs pour les PC à utiliser dans la médiathèque afin de  permettre à 3 élèves de travailler ensemble sur un poste.

L’équipe s’organise bien pour mettre en place la médiathèque – ils ont transféré  de la salle d’informatique vers la médiathèque 7 ordinateurs capable de lire nos cdroms.  Sur le parc d’ordinateurs seulement  10 pourraient fonctionner  avec des  logiciels récents, 5 autres fonctionnement mais sont trop vieux et 10 autres ont besoins d’être réparés, l’informaticien s’y attèle.

Je  pense qu’ils apprécieraient beaucoup de recevoir d’autres ordinateurs le plus tôt possible.
On m’a dit de conseiller Aedev  de trouver un transporteur qui ferait le découpage à Tamatave pour éviter de les avoir à transporter de Tana à Tamatave

Tout le monde est très occupé mais j’ai eu quelques invitations, une prof me propose une ballade sur la plage dimanche et des adventistes à assister à une représentation de plusieurs chorales samedi….et puis j’ai mes livres et mes cours à préparer et mon journal….
Le programme de travail se précise
Je prendrai  5 classes de premières L et une classe de 6è en demi groupe 2 heures par semaine chaque classe – 2 heures avec les profs le samedi matin et peut être ensuite à l’école des Ursulines mais je n’ai pas encore de leurs nouvelles.